LIFESTYLE

Premier tatouage : Mon expérience

4 avril 2017
premier-tatouage-expérience-

Hello tout le monde !

Ça y’est ! J’ai enfin franchi le pas ! Après plus d’un an de réflexion, de décalage de premier RDV chez le Tatoueur, de recherche d’avis et de conseils et d’appréhension (un peu, beaucoup) , j’ai enfin sauté le pas et ai fait ancrer, dans ma peau, pour la vie, mon premier tatouage !

Les blogs et forums m’ont beaucoup aidé dans ma démarche. Ecrire, à mon tour, un article sur le sujet me paraissait donc évident pour vous partager mon expérience, les conseils qui m’ont été utiles, et vous aider à vous défaire, je l’espère, des quelques appréhensions qui vous empêchent de franchir le pas.

J’ai longuement réfléchi au fait de me faire tatouer. Ce n’est pas un acte anodin, et j’avoue m’être énormément questionnée sur le sujet. J’ai d’abord été très influencée par les avis « négatifs », que l’on connait tous ( » et si le motif ne te plait plus dans 10 ans », « il va vieillir et sera moins beau qu’au début », « ça te fermera des portes professionnellement », et j’en passe …), qui m’ont longtemps fait hésiter.

Depuis que je vis en Angleterre, je me rend compte que l’état d’esprit des gens, ici, est très différente de celui de la majorité des français. Ici personne ne se retourne sur des cheveux colorés, les non-tatoués sont largement minoritaires, mon prof porte un turban indien en cours, les caissières peuvent conserver leur voile, on se fiche de ta tenue vestimentaire, aucun carcan n’est imposé. La tolérance, qui règne en maître ici, m’a faite réaliser beaucoup de choses, sur les autres, mais aussi sur moi.

Les lectures que j’ai pu faire sur le bien-être et le développement personnel m’ont également aidé à voir les choses de manière beaucoup plus positive. J’ai très longtemps été complexée par mon corps, et le suit encore aujourd’hui. Mais je ne veux plus en faire mon ennemi. Je vais vivre avec lui le restant de mes jours et je veux en prendre soin, le façonner selon mes envies, me l’approprier. Mon corps, c’est mon histoire.

Nous sommes de passage sur terre et je trouve ça tellement dommage de se priver de transporter avec nous des souvenirs, ou des motifs qui nous ont marqués, que l’on a aimé, simplement parce que notre entourage n’aime pas les tatouages, ou qu’un employeur n’est pas assez ouvert-d’esprit pour voir la personne que l’on est réellement derrière notre apparence. Et ne parlons même pas de cette excuse de « tu vas le regretter ». La vie est bien trop courte pour se focaliser sur le passé. Si le tatouage ne plait plus, on peut le faire recouvrir, ou l’enlever. Cela ne doit pas être un frein pour sauter le pas 🙂 MOTIF tatouage

Mon année Erasmus m’a beaucoup fait grandir et je voulais marquer cette étape de ma vie. J’ai aujourd’hui 20 ans et pleins de projets pour l’avenir. Il y a une valeur que mes parents m’ont transmise, qui m’a permise de faire les bons choix jusqu’à présent, et qui m’aide à visualiser l’avenir comme un infini de choses réalisables : rien n’est inaccessible tant que tu te donne les moyens de le faire. Nos désirs sont plus ou moins faciles à réaliser, certes, mais toujours faisables.

Je rêvais depuis le collège de faire une année Erasmus et je me suis donnée les moyens (par mes notes, mon travail, a motivation) de vivre cette expérience. Je souhaitais faire une prépa après le lycée, j’ai tout mis en oeuvre pour décrocher ma place. Je rêvais d’ouvrir un blog et d’intégrer une école de communication en master : j’ai ouvert mon blog en 2014 et ai pu le présenter lors de mon entretien comme un réel « book » de mes compétences.

Le lettrage que j’ai choisi « Make It Happen » représente parfaitement ma façon de voir les choses. Je ne crois pas au destin et estime que s’il on veut réellement atteindre un but (professionnel, sentimental, scolaire, personnel…), il faut commencer par se donner les moyens d’y parvenir.

Ce « leit-motiv » me permet de me motiver tous les jours, d’entreprendre, de faire des choix raisonnés, des investissements pour plus tard … C’est une philosophie que j’aimerais garder tout au long de ma vie, et je suis très heureuse de l’avoir fait tatouée sur mon corps.

premier-tatouage-expérience-

CHOIX tatouage tatoueur

Tout d’abord, je voulais absolument me faire mon premier tatouage à Southampton, ville de mon année Erasmus (comme je vous l’expliquais plus haut). J’ai donc demandé aux conseils aux anciens Erasmus s’étant fait tatoués à Southampton, puis à nos voisins néo-zélandais qui avaient déjà testés plusieurs salons de la ville. Un des salons qu’ils m’avaient recommandé me tentait pas mal, même si le « style » des tatoueurs n’étaient pas vraiment proche du lettrage que je souhaitais avoir. Finalement, je me suis rendue compte que je n’arrêtait pas de repousser l’échéance pour aller prendre RDV alors que j’étais convaincue du motif que je voulais faire ancrer sur ma peau.

J’ai compris, après réflexion, que je repoussais le RDV non pas car je n’était pas sure de vouloir me faire tatouer, mais tout simplement parce que je trouvais que ce salon ne me « correspondait » pas.

J’ai donc poursuivi mes recherches et ai finalement choisi le salon Rock n’ Roll Tattoo. Mon chéri connaissait une des employés, ainsi qu’un des tatoueurs résidents, Sebastien, lui aussi Français, et talentueux. Ce salon a sonné comme une évidence, il était très bien noté, les réalisations de Sebastien (spécialiste du mandala et Dot Work) me plaisaient beaucoup et je me sentais totalement en confiance. C’est donc dans ce salon que j’ai franchis le pas de ce premier tatouage.

jour j tatouage

Je n’étais pas du tout stressée. Mon chéri m’a accompagné et tout s’est très bien passé. Je m’étais déjà pas mal renseignée sur le déroulement d’une séance de tatouage et n’ai donc pas été inquiète. Le salon était très propre, les règles d’hygiène respectées à la lettre. Sébastien a été attentif aux modifications que je voulais apporter (finesse des traits, longueur du lettrage…) et a tout fait pour que le motif soit à la hauteur de mes attentes.

Ma seule crainte, pour ce premier tatouage, était de bouger (par réflexe) lors de la première « piqûre ». Finalement, je ne voulais tellement pas faire déraper le tatoueur que je n’ai pas du tout bougé. Et … je dois vous avouer… je n’ai vraiment pas eu mal. Il a commencé par le bas du lettrage, en remontant. Niveau douleur, à cet endroit, pour moi, je ne mettrais pas plus d’1/10. Allez, peut être 2/10 pour le M et le K. Même les griffures de mon chat sont plus douloureuses ! :p Après, bien évidemment, tout dépend de la taille du tatouage, du nombre d’aiguilles utilisées, de la durée de la séance, de votre peau etc…

Je vous l’accorde, mon lettrage était assez court, et les traits plutôt fins, ce qui a surement aidé à ne pas serrer les dents de douleur. La séance a duré une heure entre la pose du stencil, la rectification de l’écriture, le tatouage en lui même (20min pas plus) et les petits soins qui suivent. C’est passé très vite et le résultat est à la hauteur de mes attentes, on ne pouvais pas le faire plus fidèle à ce que j’espérais !

cicatrisation tatouage

A la fin du tatouage, Sebastien a posé un film transparent sur ma cheville qu’il ma conseillé de n’enlever que 4h après, pour un premier nettoyage. Etant donné que je n’ai pas du tout saigné ni évacué de lymphe, du à la petite taille du tatouage et la finesse des traits, il m’a recommandé de le laver toutes les quatre heures à l’eau, de tamponner avec une serviette pour le sécher, puis de le remettre sous film plastique, et ce pendant 2 jours. Cela permet à la peau de transpirer sous le film, et d’évacuer, donc, naturellement le « surplus » d’encre tout en commençant à cicatriser. Notre peau sait se défendre des agressions extérieures et il est donc important de la laisser, quelques jours, cicatriser seule.

Ensuite, il m’a conseillé de ne plus utiliser de film plastique, dès le 3ème jour (Jour J = Jour 1). J’ai donc continué d’aider ma peau à cicatriser en le lavant une fois par jour avec un savon au PH neutre et en appliquant une fine couche de Bépanthène toutes les deux/trois heures.

Lors de la cicatrisation, mon tatouage a fait des petites croutes, ce qui est tout à fait normal ! On sentait le lettrage en relief. Il ne faut surtout pas les gratter, continuer à mettre de la crème, et les laisser tomber toutes seules. Il est normal, également, que de l’encre parte lors de la cicatrisation. Pour ma part, les lettres « a-p-p » du « Happen » ont un peu perdu en « noirceur ». J’irais les faire retoucher avant de partir de Southampton.

TATOUAGE-EXPERIENCE

bilan conseils tatouage

Je suis hyper contente d’avoir fait ce premier tatouage à Southampton, et je réfléchis déjà très fortement au prochain (que j’espère pouvoir faire à Nantes, fin Août, avec mon amie Justine avant qu’elle ne reparte en Espagne). Je confirme : quand on a goûté aux tatouages, difficile de se contenter d’un seul (Sorry Mum! :p ) ! Je ne regrette absolument pas d’avoir franchi le pas, et j’ai vraiment l’impression d’avoir commencé à m’approprier mon corps.

Si vous voulez un tatouage, ne vous prenez pas la tête avec les préjugés et les « quand dira-t-on », foncez ! 🙂 Peu importe si des gens de votre famille n’aiment pas ça, ou s’il ne plait pas à vos ami(e)s, ce ne sont pas eux qui le portent ! Si, vous, ce tatouage vous fait plaisir, que vous avez envie de franchir le pas, alors plus rien ne doit vous retenir de passer la porte d’un salon  !

Si vous avez des questions (n’importe lesquelles) sur le sujet, n’hésitez vraiment pas à les poser en commentaires ! Je serais ravie d’y répondre et de vous aider à vous libérer de vos angoisses sur le sujet ! 🙂

A très bientôt, baf

Rendez-vous sur Hellocoton !  J'aime cet article

You Might Also Like

7 Comments

  • Reply Géraldine est Lili 4 avril 2017 at 9 h 09 min

    Je le trouve magnifique !
    Perso j’ai sauté le pas il y a 2 ans aussi, on a qu’une vie et de nos jours, il est en plus très facile de se les faire retirer donc autant profiter 🙂

    • Reply Marion 4 avril 2017 at 11 h 17 min

      Ohh Merci Géraldine pour ton message !! 😀
      Je suis complètement d’accord avec toi ! 🙂 Tu l’as où le tien ? 😉

      • Reply Géraldine est Lili 4 avril 2017 at 19 h 24 min

        Je voulais qu’il soit vraiment très peu visible (ou du moins visible par peu de gens) donc je l’ai fait sur le bas du ventre, limite sur la hanche. Il est placé stratégiquement car je voulais pouvoir le montrer (ou non) selon la lingerie ou le maillot choisi.

        • Reply Marion 4 avril 2017 at 22 h 26 min

          T’as bien fait 😀 Moi c’est pareil je voulais un endroit que je pouvais facilement dissimuler pour le premier :p ça aide à se lancer ahah

  • Reply Justine 4 avril 2017 at 13 h 00 min

    il est magnifique!!!!!

    Gros bisous ma belle <3

  • Reply Bull'Elodie 19 avril 2017 at 14 h 12 min

    Pour le mien j’avais un peu galéré pour le film et dormir (il est derrière la nuque, mais il a cicatrisé à une vitesse dingue =)
    Et j’ai plusieurs projets auxquels je pense. Il faudrait juste que je me pose un peu !

    • Reply Marion 29 mai 2017 at 21 h 39 min

      Ah oui derrière la nuque ça doit pas être très pratique pour dormir en effet ! Pareil, niveau cicatrisation j’ai été surprise que ça soit si rapide 😉
      Moi aussi j’ai plusieurs projets ahah j’essaye de prendre le temps mais je crois qu’il y en a un que je vais me faire avant de partir 😉

    Leave a Reply

    Time limit is exhausted. Please reload CAPTCHA.